Témoignage: Clara, en route vers la FIV

Ce témoignage (en espagnol dans sa version originale si vous le souhaitez) vous présente le parcours de Clara, de l’envie de fonder une famille, au moment où on doit pousser la porte de la PMA et enfin les préparatifs en vue d’une Fécondation In Vitro de type ISCI.



Je suis argentine, j’ai 39 ans, et j’habite à Paris avec mon copain français depuis presque 4 ans.  Cela fait déjà 1 an qu’on a décidé de devenir parents et former une famille.

Mais les choses ne sont pas si simples… Après six mois d’essais infructueux, ma gynécologue nous a envoyés faire des examens hormonaux, ainsi que qu’une échographie et une hystérosalpingographie (NDLR: nous reviendrons sur ces examens dans un prochain article) pour moi et un spermogramme pour mon compagnon.

Les résultats ont été décourageants: mon taux d’AMH (hormone anti-mullerienne) était inférieur au minimum acceptable pour pratiquer un fiv (0,21 g/ml) et mes niveaux d’hormones (LH, FSH, etc.) indiquaient un état de pré-ménopause, une insuffisance ovarienne. Ce n’était pas tout, les résultats de mon compagnon non plus n’étaient pas bons: ils indiquaient une absence de mobilité et un malformation dans la physionomie de ses spermatozöides.

Le premier rendez-vous avec la gynécologue pour faire le point sur tous ces résultats a été le premier moment difficile de ce parcours. Nous étions en train de pousser la porte d’entrée à l’Univers de la PMA.

Ces mots ont été durs… Elle nous a dit que si on arrivait à avoir un bébé, cela relevait du  miracle. Et que de toutes façon, elle devait nous diriger vers des spécialistes pour essayer, au moins, de passer par le parcours PMA.

Dans ce contexte, on a entamé un nouveau chemin: un rendez-vous chez l’urologue pour mon copain, avec des nouveaux examens qui ont indiqué qu’il était en bonne santé (sérologie et échographie), malgré les résultats du spermogramme. De mon côté, des échographies et radiologies montraient que physiologiquement, mon corps était en condition d’accueillir une grossesse, mais pas mes hormones.

Finalement, nous avons donc eu rendez vous avec une gynécologue-obstétricienne spécialisée en PMA: c’était la première fois qu’on comprenait vraiment le processus, expliqué avec clareté et patience: 2 mois de préparation pour moi avec la prise de vitamine E, D, B12, DHEA et de l’acupunture avant de réaliser une FIV du type ICSI*.

En parallèle, nous avons des rendez-vous avec la sage-femme qui coordonne le traitement. Elle nous explique que, selon le protocole choisi par mon médecin,  ce sera environ 10 jours d’injections pour la stimulation du processus d’ovulation, tout en surveillant comment mon corps répond au traitement, suivi de la ponction d’ovocytes qui seront “mélangés” aux spermatozöides, et après quelques jours, si les embryons formés sont bien développés, ils seront transférés dans mon corps, suivis d’un test de grossesse pour savoir s’il le processus a réussi.

Pendant le rendez-vous avec les biologistes, ils nous ont expliqué le processus in Vitro et nous avons signé un consentement de transfert, et de conservation des embryons qui ne seront pas transférés. C’est toute une équipe qualifiée qui est là pour nous aider à réussir notre projet, parfois un mélange de science fiction et réalité.

Tout le traitement est accompagné par une psychologue spécialisée, c’est une partie très importante du processus pour arriver à mieux comprendre qu’on est deux à vivre cela ensemble, mais pas forcément de la même manière.

Comment je me sens? Ça dépend, au début j’étais très angoissée, très négative.  A mesure que le processus avance ( il n’a démarré il y a trois mois seulement), je vois les étapes avancer, les possibilités qui nous sont proposées;  et mon angoisse se calme. Ce n’est pas facile, mais un jour, à la maternité où je suis suivie pour la FIV, j’ai vu une pancarte qui disait “PMA: Positive Mentalité Attitude”.

Le plus important c’est d’être bien accompagné, et de toujours garder en tête qu’on a choisi de devenir des parents, on a choisi de passer par ce processus. On est pas des héros, ni des courageux, et encore moins des victimes. C’est un choix, et on avance étape après étape sans savoir ce que sera le résultat final, mais en vivant au jour le jour et en profitant de toutes les autres choses que la vie nous offre.


 

Mille mercis à Clara d’avoir partagé avec nous ce parcours et de comprendre quelles sont les étapes à franchir avant de faire une FIV. On vous donnera très vite de ses nouvelles sur leslionnes.co

La richesse des Lionnes, c’est la diversité des témoignages. Quel que soit votre chemin vers la maternité, écrivez-nous: contactleslionnes@gmail.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s